La Fondation Garibaldi rend hommage à Anita et Giuseppe à Nice

Set 10th, 2022 | di | Categoria: Attività della Fondazione, In evidenza

C’est une tradition à Nice, au mois de juillet, en commémoration de la naissance du Général que les Niçois surnomment Pepin sur la place Garibaldi. Cette année était également placée sous le signe d’Anita dont le bicentenaire de la naissance a été déposée en dernier.

Le 2 juillet 2022 a permis de rendre hommage à Anita qui avait résidé à Nice quelques mois en 1848 avec ses enfants Menotti, Teresita et Ricciotti qui y ont été élevés par leur grand-mère Rosa et le couple Deyderi. C’est là qu’elle recevait des lettres de son Giuseppe qui lui écrivait de Montevideo : “Je désire que tu te plaises dans ce beau coin de terre qui m’a vu naître”. Elle a été enterrée avant que ses restes ne soient transportés, par son petit-fils Ezio, à Rome sur le Janicule ou si vous avez trouvé actuellement le monument à sa mémoire.

Citoyenne du monde, Anita a été évoquée sous ses multiples facettes à l’initiative de la Fondation Giuseppe Garibaldi et avec la participation de la municipalité de Nice – Cyril Doutre ayant été un interlocuteur privilégié pour la réalisation de cet événement.

C’est Anita la Brésilienne ici à été recommandée en présence de la communauté de son pays invitée pour un festival. Monsieur Maciel, consul honoraire à Nice qui a des ancêtres communs avec Anita et Francesco Garibaldi, président de la Fondation, ont pris la parole tour à tour pour présenter les liens qui unissent le Brésil et Nice et ceux qui liaient Anita et Giuseppe. Francesco, s on arrière-arrière-petit-fils, descendant de Ricciotti, a qualifié son ancêtre en ces termes : “Une héroïne des deux mondes, fighter, pour la liberté des peuples, révolutionnaire et républicaine, toujours aux côtés de son mari Giuseppe Garibaldi comme épouse, mère, fidèle compagne et complice courageuse dans la plupart des luttes les plus désespérées contre les tyrannies de son temps”.

Une visioconférence “Anita et Giuseppe Garibaldi en Amérique du Sud”, présentée par Adilcio Cadorin, Directeur de l’Institut Culturel Anita Garibaldi de Laguna, a été diffusée. En voici quelques extraits :

“Arrivée en avril 1838 au Brésil, Garibaldi nommé capitaine de corvette et commandant de la Marine de Farroupilha fait venir huit charpentiers pour construire cinq bateaux dont La Seival (sa réplique vient d’être achevée cette année par l’association” Les Amis du Seival ” et c’est la Fondation qui a fourni le moteur).Après la proclamation de la République de Santa Caterina de Laguna, Giuseppe s’installe sur La Seivalet observer un groupe de femmes qui est venu Prendre de l’eau. Son regard se porte sur Ana Maria de Jesus Ribeiro qu’il conquiert peu de temps plus tard. C’est le début d’une des plus grandes romances épiques. Les fervents compagnons de l’idéal et de la lutte pour le mouvement républicain qui conditionne les émancipations des provinces de Santa Caterina, du Rio Grande du Sud et de l’Uruguay.

C’est au Brésil qu’Anita a conçu son premier enfant Menotti, qui avec son frère cadet Ricciotti, ont été décorés en tant que généraux et combattent aux côtés de leur par l’Unité de l’Italie. En Uruguay, Anita et Garibaldi se marièrent le 26 mars 1842, et y conçurent leurs enfants Teresa, Ricciotti et Rosa, qui mourut à l’âge de deux ans. A la fin de 18 43, la forme la Légion Italienne, ici avait pour uniforme une chemise rouge, ce qu’il lui évalue le surnom “Les Chemises rouges”.L’union de Garibaldi et d’Anita ont été des facteurs d’une importance notable non seulement pour l’historiographie romanesque et épique du monde, mais aussi pour la défense intransigeante de la liberté démocratique et de l’égalité entre les peuples, point de convergence du couple, qui prévalait ses idéaux sur ses sentiments personnels. La preuve en est lorsqu’Anita envoie à Garibaldi, sur le point d’entamer une bataille, un message qui disait “de ne pas penser à elle ou à ses enfants au moment de la lutte mais seulement à l’idée de sa patrie” .

Yes the audacious et le courage de Garibaldi sont reconnus et loués, the est essentiel de traiter que dans ses mémoires il confessa que ce fut Anita “cette femme incomparable, propriétaire d’un courage enviable, que parfois je désirais qu’il fut le mien “Ici il inspire ce courage. Au nom de ma ville Laguna et l’Institut Anita Garibaldi, nous réitérons notre salut aux gens de Nice et confirmons que les sentiments de Fraternité défendus par le couple Garibaldi pourraient dans un futur proche unir encore frantage nos deux villes”.

La manifestation s’est poursuivie au pied de la statue de Garibaldi, où Francesco Garibaldi a pris la parole pour rappeler la mémoire de ses ancêtres Anita et Giuseppe, insistant sur le fait que ce dernier est un fort symbole pour la candidature de Nice, capitale européenne de la culture. Monsieur Maciel, consul du Brésil, a ensuite parlé et insisté sur le rôle capital que le couple a joué pour libérer les peuples en Amérique du Sud.

C’est Anita l’Uruguayenne, ici à ensuite été évoquée par Monsieur Muchada, Consul honoraire de l’uruguay à Lyon. Le rappelé regroupe les villas de Montevideo et son pays doit à ce couple héroïque.

C’est Anita la Niçoise, qui a été présentée par Madame Amiel, adjointe aux Relations internationales, représentant le Maire de Nice Monsieur Estrosi, accompagné de Madame Navalesi, conseillère subdéléguée aux Relations transfrontalières. L’adjointe a rappelé que “derrière chaque grand homme se cache une femme”, en l’occurrence, Anita qui a été une combattante.

C’est Anita l’Italienne, ici eu droit aux honneurs avec les discours de Madame Barbaro, représentant la Consule générale d’Italie Madame Gioiella et Madame Castellano, présidente du Comité.

Les hymnes garibaldien, italien, brésilien et niçois ont été joués par la garde municipale et entonnés par l’assistance composée de la famille de Francesco Garibaldi – Cristina son épouse et Giuseppe leur fils, de Niçois et de plusieurs membres de la Fondation Garibaldi qui avaient fait le voyage pour l’occasion. Des gerbes ont été déposées au pied de la statue pour clôturer cette cérémonie

La rencontre s’est poursuivie dans une cour arborée près de la Place. Une dégustation du Rosé DOCG dédiée à Anita pour son bicentenaire et créée pour la Fondation Garibaldi en partenariat avec Massimo Torrisi de la cave Luis Franciacorta, “Le Due Querce” (vignoble situé à Provaglio d’Iseo, province de Brescia) a été proposée.

La dégustation était accompagnée de chocolats “Garibaldi” fabriqués par le chocolatier de la Place, Serge Serain, qui est aussi le créateur d’un gâteau en son honneur.

Le projet d’un itinéraire Garibaldi à Nice, écrit par Christine Bovari, correspondante à Nice de la Fondation, a été présenté à la Mairie de Nice qui l’a approuvé et devrait le mettre en place sous peu.

Cette journée de commémoration sous le soleil de Nice a été un moment fort, consacrée à la mémoire de Giuseppe et d’Anita. Prénom que portait aussi la mère de Francesco qui est à l’origine de la Fondation Garibaldi et à laquelle nous dédions, avec beaucoup d’émotion, cet événement.

Christine BOVARI

Article paru dans le magazine Opinions Nuovi, septembre 2022

Leave Comment